Thales background banner

Piratage de logiciels : comment le prévenir ?

Qu’est-ce que le piratage de logiciels ?

Piratage de logiciels : comment le prévenir ?

Le piratage de logiciels est la copie, la distribution, le partage, la vente ou l’utilisation illégale de logiciels, que cela soit intentionnel ou non. Les exemples de piratage de logiciels incluent des activités telles que l’installation par un utilisateur final d’une licence à usage unique sur plusieurs ordinateurs, l’achat par un vacancier d’une copie pirate d’un logiciel en Extrême-Orient ou la distribution massive de logiciels obtenus de manière illégale.

Étant donné qu’il existe de nombreux types d’activités qui entrent dans la catégorie du piratage, savoir comment répondre à la question « qu’est-ce que le piratage de logiciels » est quelque chose que tous les utilisateurs de logiciels devraient pouvoir faire.

En effet, de nombreuses personnes commettent régulièrement des actes de piratage de logiciels sans savoir exactement ce qu’est le piratage de logiciels, ni même qu’elles font quelque chose qu’elles ne devraient pas faire, et cela coûte cher aux entreprises informatiques.

Historique du piratage de logiciels

Lorsque vous réfléchissez à la manière dont vous pouvez prévenir le piratage de logiciels, il est important de comprendre que le piratage de logiciels n’a rien de nouveau et qu’il est en constante évolution. Si vous aviez posé la question de savoir « ce qu’est le piratage de logiciels ? » aux débuts de l’informatique, vous auriez découvert que les « pirates » étaient pour la plupart des passionnés d’informatique partageant ou échangeant des applications de base sur une base individuelle. Après tout, les ordinateurs ne pouvaient pas faire grand-chose d’autre que d’exécuter des programmes de base et la question de savoir comment empêcher le piratage de logiciels ne se posait même pas.

Au fur et à mesure que l’informatique domestique devenait plus courante, les technologies de copie et de partage, sans parler de l’utilisation, sont devenues plus sophistiquées. Par conséquent, le piratage de logiciels s’est accéléré au point de coûter aux développeurs et aux entreprises des milliards de dollars par an et la définition de ce qu’est le piratage de logiciels s’est élargie pour inclure de nombreux éléments, de la contrefaçon au chargement sur les disques durs.

Bien que des lois aient été mises en place pratiquement dès le début de l’ère de l’informatique domestique, au milieu ou à la fin des années 1970, ces mesures de dissuasion juridiques, associées à d’autres techniques de protection contre le piratage de logiciels, n’ont pas suffi à endiguer la vague de piratage de logiciels.

Par exemple, la loi Computer Software Copyright Act de 1980 a été la première à protéger les développeurs et leurs droits ont été renforcés lorsque l’Office des brevets des États-Unis a commencé à délivrer des brevets aux développeurs en 1989.

Combien les entreprises informatiques perdent-elles en raison des différents types de piratage de logiciels ?

Combien les entreprises informatiques perdent-elles en raison du piratage ?Le piratage organisé de logiciels coûte cher aux entreprises informatiques, mais cela ne constitue qu’une partie du problème. Les entreprises du secteur des logiciels et de l’informatique perdent également des revenus et des bénéfices en raison des utilisateurs finaux qui commettent des actes de piratage de logiciels sans même se rendre compte que ce qu’ils font est illégal.

Selon les derniers chiffres publiés par la BSA Software Alliance en 2018, 37 % des logiciels installés sur les ordinateurs personnels ne possèdent pas de licence (même si, compte tenu de la pandémie actuelle et de l’augmentation du nombre de télétravailleurs, ce chiffre est probablement encore plus élevé). L’utilisation de logiciels sans licence expose les entreprises à un risque accru d’infections par des logiciels malveillants, ce qui peut paralyser leur réseau. En effet, en installant un logiciel sans licence ou en achetant un ordinateur sur lequel est installé un logiciel sans licence, vous avez une chance sur trois de rencontrer un logiciel malveillant.

La BSA estime que chaque attaque de logiciels malveillants peut coûter à une entreprise 2,4 millions de dollars en moyenne et peut prendre jusqu’à 50 jours pour être résolue. L’organisation estime que les pertes dues aux logiciels malveillants coûtent aux entreprises environ 359 milliards de dollars par an, tandis que les éditeurs de logiciels perdent 46 milliards de dollars en raison de l’utilisation de logiciels sans licence.

La connaissance de ces dangers est une raison essentielle pour que les gens comprennent ce qu’est le piratage de logiciels et les pièges potentiels qu’ils peuvent rencontrer s’ils utilisent des logiciels piratés.

Quels sont les types de piratage de logiciels les plus courants ?

Bien que tous les types de piratage de logiciels soient illégaux, de nombreuses personnes seraient choquées de découvrir qu’une chose à laquelle elles n’ont probablement même pas pensé constitue un acte de piratage de logiciels. Il y a aussi ceux qui comprennent exactement ce qu’est le piratage de logiciels et qui se livrent à des activités contraires à la loi.

Dans le premier cas, il s’agit de personnes qui commettent des erreurs honnêtes (mais néanmoins criminelles), comme l’installation d’un programme sur un plus grand nombre d’ordinateurs que ceux pour lesquels elles ont obtenu une licence, car on ne leur a pas spécifiquement indiqué qu’elles ne devaient pas le faire.

Le second groupe comprend des personnes qui opèrent avec l’intention malveillante de copier et de distribuer des logiciels piratés ou qui recherchent des logiciels piratés parce qu’elles savent qu’ils coûtent moins cher que la version officielle.

Entre ces deux groupes, il existe un type de piratage que l’on pourrait qualifier d’« occasionnel », qui inclut quelqu’un qui achète un logiciel piraté auprès d’un acheteur sans licence, en Extrême-Orient, par exemple. Même cet acte isolé serait considéré comme piratage de logiciels.

Quels sont les exemples courants de piratage de logiciels ?

Il existe de nombreux types de piratage de logiciels, certains plus connus que d’autres, notamment :

  • la contrefaçon
  • le piratage par l’utilisateur final
  • le piratage sur Internet
  • le chargement sur les disques durs
  • la surutilisation client-serveur

Contrefaçon

La contrefaçon, ou la copie et la distribution illégales ou la vente de matériel protégé par des droits d’auteur, est la première réponse que la plupart des gens fourniraient à la question de savoir ce qu’est le piratage de logiciels. Bien que de nombreuses personnes n’achèteraient pas sciemment des produits contrefaits, l’un des défis auxquels les développeurs de logiciels sont confrontés est que les contrefacteurs sont habiles à fabriquer des produits qui ressemblent de près aux produits originaux (authentiques). Il s’agit notamment de manuels de contrats de licence, de cartes d’inscription et de dispositifs de sécurité qui accompagnent la copie du logiciel.

Différents types de piratage

Piratage par l’utilisateur final

Un autre exemple courant de piratage de logiciels se produit lorsque des personnes font des copies d’un logiciel ou utilisent un logiciel sous licence pour un seul utilisateur sur plusieurs ordinateurs. Ce type de piratage de logiciels est connu sous le nom de piratage par l’utilisateur final. Le piratage se produit également lorsque des personnes parviennent à profiter d’offres de mise à niveau de logiciels, même si elles ne disposent pas d’une copie légale du logiciel à mettre à niveau, ou lorsqu’elles utilisent un logiciel non commercialisé ou à diffusion restreinte sans la licence appropriée.

Piratage sur Internet

Un nombre croissant de personnes téléchargent les logiciels directement depuis le site Internet des éditeurs. Elles doivent donc s’assurer que le site sur lequel elles effectuent le téléchargement est officiel et non un sosie pirate. Cela peut sembler évident, mais c’est plus facile à dire qu’à faire et la création de sites quasi identiques n’est qu’un des exemples courants de piratage de logiciels qui peuvent inciter les utilisateurs finaux à utiliser des logiciels piratés par inadvertance. Afin de réduire au minimum les risques d’être victime de ce type de piratage de logiciels, les utilisateurs doivent également éviter d’autres sites sur lesquels ils risquent de télécharger des logiciels piratés, tels que les sites Internet proposant des téléchargements de logiciels gratuits aux utilisateurs en échange d’autres logiciels, les sites de vente aux enchères de logiciels obsolètes ou contrefaits et les réseaux pair à pair.

Chargement sur les disques durs

Un autre exemple de piratage de logiciel est connu sous le nom de chargement sur les disques durs. C’est le nom donné à l’un des types de piratage de logiciels qui se produit lorsqu’une entreprise installe des copies non autorisées de logiciels sur les disques durs des ordinateurs qu’elle vend. Cela ne signifie pas qu’elle est généreuse. Loin de là. Elle essaie d’encourager les consommateurs ou les utilisateurs finaux à revenir auprès d’elle pour acheter des logiciels ou mettre à jour leurs logiciels existants.

Surutilisation client-serveur

Tout comme le piratage par l’utilisateur final, la surutilisation client-serveur est un autre type de piratage de logiciels qui se produit lorsque le nombre d’utilisateurs qui utilisent un logiciel spécifique dépasse le nombre de licences dont dispose une entreprise pour ce logiciel. Ce type de piratage peut se produire, par exemple, lorsqu’un programme est installé sur un réseau local plutôt que sur un ordinateur individuel. Cela signifie qu’au lieu d’être limité à un seul utilisateur, plusieurs personnes peuvent utiliser le logiciel en même temps.

Techniques de protection des logiciels CPL Thales

Bien qu’il puisse sembler impossible de garder une longueur d’avance sur les pirates de logiciels, CPL Thales propose une gamme de solutions de sécurité et de gestion des licences logicielles qui offrent une défense efficace contre plusieurs types de piratage de logiciels. Parmi les solutions que propose CPL Thales pour lutter contre le piratage, nous pouvons citer :

Sentinel LDK de Thales

Sentinel LDK de Thales est une solution prête à l’emploi de protection logicielle, de gestion des licences et des droits d’utilisation qui réduit le risque de piratage de logiciels, accroît la sécurité des logiciels et propose des solutions de gestion des licences logicielles. Elle permet aux éditeurs d’offrir un large éventail de modèles de licence, ce qui permet de définir les tarifs et les offres de produits de manière flexible. Tout ceci contribue à créer de nouvelles opportunités de revenus et à augmenter la satisfaction des clients.

Clés matérielles Sentinel HL

Les clés matérielles Sentinel HL offrent un accès facile à des modèles de licence prêts à l’emploi pouvant être mis à jour de manière transparente sur le terrain, le tout dans un jeton sûr, compact et robuste. Elles maintiennent une compatibilité totale avec les implémentations Sentinel HASP HL, Hardlock et Sentinel SuperPro existantes et permet d’accéder aux innovations futures grâce à Sentinel LDK.

L’utilisation des techniques et des solutions de protection contre le piratage des logiciels de CPL Thales permet aux fournisseurs de technologies et aux éditeurs de logiciels de connaître et de contrôler la manière dont leurs applications sont utilisées. En mettant en place des mesures de protection pour faire respecter les conditions de licence, les entreprises peuvent être assurées que leurs produits ne sont pas utilisés ou distribués sans leur autorisation, ce qui leur permet de garder une longueur d’avance sur les pirates logiciels.Contactez un expert en piratage de logiciels dès aujourd’hui !

Defending-against-the-quadruple-threat-to-intellectual-property

Defend and Protect Intellectual Property Against Threats

Defending Against The Quadruple Threat to Intellectual Property - White Paper Technology and innovation have never moved faster and most of it involved software in form or another.  Learn how Thales can help you protect against the quadruple threat of intellectual property...

HERTA Security -  Case Study

Simplify Internal Licensing Processes - Herta Case Study

Simplify Internal Licensing Processes While Embracing Flexible Licensing - HERTA Case Study HERTA Security  Imagine a software technology that could automatically identify individuals that pose a threat to safety and security – by scanning crowds of people on the streets, or...